Publication des actes du Colloque de Cerisy "Attentif à ce qui n'a pas été dit"

Disparu prématurément, Victor Segalen (1878-1919), médecin, voyageur, sinologue, archéologue, éditeur et poète, a laissé une œuvre abondante, en grande partie inédite à sa mort, publiée et commentée seulement à partir des années soixante. Fondée sur une riche expérience humaine, située au carrefour de plusieurs cultures et de plusieurs disciplines, novatrice en matière de formes et d’idées, elle n’a cessé depuis lors de susciter de l’intérêt dans le monde entier. L’année du centenaire de sa mort, Segalen n’est-il pas toujours à découvrir ?

Être « attentif à ce qui n’a pas été dit » et le dire c’est, selon Segalen, « la raison d’être » de l’artiste. Ce premier colloque de Cerisy a réuni des chercheurs d’Europe, d’Asie et d’Amérique. Après une situation précise des œuvres dans les contextes historiques de son temps, il aborde l’évolution de la réception de Segalen par des philosophes et des écrivains. Il interroge ensuite la complexité du « je » et de l’écriture romanesque révélant ainsi des aspects de la modernité littéraire de Segalen. La dernière partie confronte des œuvres de Segalen et sa théorie de l’exotisme avec les études culturelles et avec le concept contemporain d’« appropriation culturelle » : la vitalité de l’écriture de Segalen ne cesse d’éclairer des enjeux actuels. Attentifs au « grand fleuve Diversité » segalenien, écoutons ce qu’il peut nous dire de notre propre diversité.

 

Contributions : Béatrice Bonhomme, Valérie Bucheli, Colette Camelin, Noël Cordonier, Philippe Despoix, Muriel Détrie, Dominique Fajnzang, Charles Forsdick, Dominique Gournay, Gabriel Hourcade, Bei Huang, Makoto Kinoshita, Sophie Labatut, Dominique Mabin, Mathilde Poizat-Amar, Philippe Postel, Jean-Xavier Ridon, Olivier Salazar-Ferrer, Haun Saussy, Corentin Segalen et Kenneth White.