Appel à contribution pour la revue Intercâmbio

VICTOR SEGALEN, L’EXOTISME EN QUESTION

Hier et aujourd’hui, le distant et le proche, le même et l’autre

À la faveur des commémorations du centenaire de la mort du romancier et poète français Victor Segalen, et alors que l’émergence, tant théorique que critique, d’une « fiction-monde » s’impose dans les études littéraires - laquelle met le comparatisme à l’épreuve et complexifie les prémisses des études postcoloniales -, et que la perspective classique dégagée par Edward W. Saïd sur le constructum de l’Orient par l’Occident ne rend plus compte, à elle seule, de l’étendue des questions soulevées par la globalisation des faits, des enjeux et des fictions, il nous semble pertinent de nous pencher, avec un recul théorique et dans un empan qui inclut les XIX, XX et XXIèmes siècles en langue française, sur la notion changeante et transversale d’« exotisme ».

La complexité, voire l’exigence critique, de cette entreprise tiendra forcément à la mise en cause des idéalisations de l’autre, aux nouvelles acceptions de l’exotique, mobilisées, entre autres, par de nouvelles modalités de voyage, et la mobilité généralisée et démocratisée de notre époque, notamment dans le tourisme comme industrie et pratique multimodale ; le tout surdéterminé par les potentialités techniques et médiatiques du rapprochement des cultures et par la création d’une attente différentielle, souvent à caractère commercial.

Par ailleurs, l’évolution des mouvements physiques et symboliques de la contemporanéité engage de nouvelles directions pour la perception de l’autre, qui ne pointent plus uniquement vers un Orient hypostasié, mais qui - en vertu d’une nouvelle géolocalisation du fait littéraire, notamment en langue française - déplacent et démultiplient les perspectives et les points d’observation (Mc Donald et Suleiman, 2010), de telle sorte que, par un effet de parallaxe, l’exotisme devient une donnée instable et aléatoire dans son passage à la fiction, et ne peut échapper à une lecture globale (Damrosch, 2009).

Enfin, dans les fictions narratives de langue française (et dans le discours de certains écrivains, d’où qu’ils écrivent), de plus en plus dénationalisées et inassignables à un seul lieu ou à une identité fixe, une certaine critique, parodie, détournement, voire refus ou réticence envers l’exotique s’affirment qui interrogent ou redessinent les espaces exotiques (Moura, 2003) par la construction de nouvelles liminalités géographiques (sud, périphéries européennes, etc.), la multiplicité de l’observation (à partir d’ici et de là-bas), la complexité et créolisation du tout-monde (Glissant, 1998), ainsi que l’intuition d’une Histoire inévitablement connectée (Subrahmanyam, 2014).

Il importe, donc, de revisiter et d’actualiser, à l’aune des plus récentes approches théoriques, les aspects et les figures littéraires, thématiques et esthétiques (dis)continus engageant des perspectives exotiques, repérables dans la fiction narrative en français du XIXème siècle à nos jours. Ce faisant, on rendra un sincère et fructueux hommage à l’auteur de L’essai sur l’exotisme, dont on sait et sent l’urgence du projet d’une « esthétique du Divers ».

 

Axes d’approche (uniquement en littérature et en langue française) :

 

  • Victor Segalen et l’exotisme ;
  • Lectures et revisitations de l’exotisme ;
  • Déclinaisons de l’exotisme ;
  • Exotisme et études postcoloniales ;
  • Exotisme et littératures de voyage ;
  • Exotisme et tourisme / autres mobilités ;

Nous vous prions de bien vouloir nous faire parvenir vos propositions (250 mots maximum) accompagnées d’une brève notice biobibliographique (10 lignes maximum) jusqu’au 30 juin 2019 au courriel suivant Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les propositions retenues feront l’objet d’un envoi de l’article définitif jusqu’au 31 octobre 2019 dans le cadre de consignes et d’un protocole de rédaction que nous vous transmettrons à observer scrupuleusement en cas de réponse positive du comité scientifique.

Nous vous invitons à découvrir notre revue sur http://ler.letras.up.pt/site/default.aspx?qry=id05id1184&sum=sim

Langues de rédaction : français et portugais.

 

Éditeurs du nº 12 : Ana Paula Coutinho, Maria de Fátima Outeirinho et José Domingues de Almeida

Directeur de la revue : José Domingues de Almeida

 

NB : une rubrique Autres papiers accueille des articles inédits touchant les Études Françaises et Francophones en dehors de la thématique proposée dans ce numéro précis.

Appel à communication Cahiers Victor Segalen 2019 N° 4 : Traduire Segalen

Nous envisageons de consacrer le 4e numéro des Cahiers Segalen à la traduction de ses œuvres.

Les études de traduction connaissent depuis quelque temps un véritable engouement dans la recherche universitaire. Mais, dans la mesure où Segalen crée son œuvre en se situant systématiquement à la frontière entre deux cultures, la sienne propre et celle qui fait l’objet de sa représentation littéraire (la Polynésie et la Chine essentiellement), les problèmes posés par son œuvre du point de vue des études de traduction sont tout à fait spécifiques.

Bei Huang avait proposé, sur le blog de l’Association (le 13 juillet 2011, voir https://associationvictorsegalen6.blogspot.com/search?q=huang+bei) une réflexion sur sa traduction de Peintures. Muriel Détrie, dans l’article consacré, dans le n° 3 des Cahiers (2017), à « Victor Segalen vu par les lecteurs chinois », avait également proposé des pistes de réflexion à propos de la traduction en chinois de certaines stèles. Enfin, dans le cadre du colloque de Cerisy-la-Salle (4-11 juillet 2018), une table ronde sur le sujet, s’est tenue comportant deux volets : tout d’abord une présentation par les participants étrangers ou d’origine étrangère de l’état des traductions des œuvres de Segalen dans le pays qu’ils représentaient (Maria Zinfert pour l’Allemagne, Esther Lin et Bei Huang pour la Chine et Taiwan, Makoto Kinoshita pour le Japon, Charles Forsdick pour la Grande-Bretagne et les États-Unis) , puis une étude plus en détail de deux stèles, soit « Éloge d’une vierge occidentale » et « Au démon secret ».

Nous proposons de prolonger cette réflexion en envisageant les pistes suivantes :

  1. Un volet de présentations:

1.1. Dans la suite de ce que nous avons réalisé à Cerisy, il faudra prévoir une présentation pays par pays des traductions des œuvres de Segalen. On peut imaginer qu’il s’agirait du texte initial du volume, qui pourrait résulter des contributions semi-rédigées des participants qui étaient présents à la table ronde. Je suis prêt à me charger de la rédaction de ce texte, en soumettant aux participants un premier texte résultant des notes que j’ai prises durant la table ronde.

1.2. On attend également une présentation par les traducteurs eux-mêmes des difficultés rencontrées et des partis pris (de tous ordres : quel public visé ? quel type d’appareil critique ? quel registre de langue à adopter ? comment traduire, plutôt que la lettre, les effets produits par le jeu sur la double culture dans laquelle se situe le texte ? etc.), présentation qui devrait s’accompagner, bien entendu, d’exemples précis.

  1. Un volet d’études de textes traduits:

2.1. On pourra analyser la traduction d’un poème ou d’un extrait, mais aussi celle d’une œuvre entière.

2.2. Il est possible de s’intéresser à la traduction du « lexique segalénien », en particulier dans ses écrits théoriques (on songe au mot divers par exemple).

2.3. Une étude de certaines difficultés récurrentes (comme les problèmes liés à la double culture évoqués plus haut) pourra également être proposée.

  1. Un volet de comparaisons:

3.1. Ce peut être une comparaison entre plusieurs traductions dans une même langue d’un même ouvrage.

3.2. Dans le même esprit, mais selon une approche plus appliquée, ce peut être une comparaison entre deux ou plusieurs traductions dans une même langue d’un même poème ou d’un même extrait.

3.3 On peut encore envisager une comparaison d’un texte-source unique dans plusieurs langues, afin de révéler les partis pris par les traducteurs, mais également les ressources propres à chaque langue.

Ces quelques pistes n’excluent pas toutes les propositions s’inscrivant dans les études de traduction, propositions qui seront examinées avec soin.

 

Vous voudrez bien me soumettre les propositions d’article avant le 30 septembre 2018. Une réponse rapide vous sera fournie sur le principe même.

Ensuite, nous attendons les communications rédigées pour le 31 décembre 2018.

Je rappelle que les Cahiers Segalen paraissent tous les 2 ans, et que la prochaine livraison a lieu en 2019.

 

Philippe Postel

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

06 22 16 28 05.

Les « traces alternées » de Victor Segalen : une exploration de sa correspondance (1893-1919)

Colloque international, Université de Bretagne occidentale, Centre d’étude des correspondances et journaux intimes

Date : 21-22 mai 2019

Lieu : Faculté des Lettres Victor Segalen, Brest

Responsable : Sophie Guermès

 

            Né à Brest, poursuivant ses études à Bordeaux, passant par Paris et Toulon, parcourant la Polynésie puis la Chine, traversant Djibouti, puis une partie de la Russie, Victor Segalen, médecin de la marine devenu écrivain, a laissé une correspondance abondante, monument littéraire de près de 3000 pages[1]. C’est lui que le Centre d’étude des correspondances et journaux intimes de l’université de Bretagne occidentale se propose de visiter, à l’occasion des commémorations du centième anniversaire de sa mort, survenue dans la forêt de Huelgoat le 21 mai 1919. En raison de ses nombreux et longs voyages, Segalen a souvent régné « par l’étonnant pouvoir de l’absence »[2] auprès de sa famille et de ses amis. Certaines de ses lettres tiennent de la chronique et relatent sa vie itinérante, d’autres portent en germe un projet littéraire. Quelle place la correspondance de Segalen tient-elle dans l’économie générale de son œuvre ?

            L’intense activité épistolaire de l’écrivain s’est déployée sur une période assez brève, et dans un cercle restreint, mais si les correspondants sont restés peu nombreux, les tonalités ont varié, à l’instar des lieux découverts. On évitera d’étudier de façon systématique les échanges avec tel ou tel destinataire, ou de privilégier un thème. Les approches stylistiques des lettres seront en revanche les bienvenues, ainsi que l’analyse de leur rhétorique, de leur poétique, de leur rythme, de l’humour qu’elles contiennent parfois, et de la polyphonie segalénienne. On étudiera aussi les liens entre les lettres et les autres textes de l’auteur, ainsi que les relations du genre épistolaire avec les autres genres constitutifs de l’œuvre de Segalen.

 

            Les propositions seront adressées avant le 31 octobre 2018 à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Comité scientifique :

Jean Balcou (UBO)

Marie Dollé-Cosnefroy (Université de Picardie)

Christian Doumet (Université Paris Sorbonne)

Sophie Guermès (UBO)

Marie-Josette Le Han (UBO)

Philippe Postel (Université de Nantes)

 

 

[1] Victor Segalen, Correspondance, présentée par Henry Bouillier ; texte établi et annoté par Annie Joly-Segalen, Dominique Lelong et Philippe Postel, 2 vol., Paris, Fayard, 2004.

[2] Cette expression est empruntée au poème « Éloge et pouvoir de l’absence », dans Stèles, de même que « traces alternées ». 

Conférence: Segalen médecin, archéologue et poète "en temps de détresse

Voici un lien pour écouter la conférence de Colette Camelin qui a ouvert le colloque intitulé Segalen 1919-2019 : "Attentif à ce qui n'a pas été dit qui  s’est tenu aCentre Culturel International de Cerisy du 4 au 11 juillet 2018.

https://www.franceculture.fr/conferences/maison-de-la-recherche-en-sciences-humaines/segalen-medecin-archeologue-et-poete-en-temps-de-detresse

Colette Camelin au CCIC

Recherche

Adhésion

  • Bulletin de cotisation

Bulletin de cotisation

ASSOCIATION VICTOR SEGALEN.

BULLETIN DE COTISATION 2018-2019

Read More